Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Nous avons tous envie de nous positionner par rapport aux autres, à la norme en vigueur. Dans ce but, nous sommes tous à la recherche d’informations pouvant nous rassurer sur ce que nous sommes. Car c’est bien là qu’est le problème. Nous ne savons pas qui nous sommes, du moins au début. Alors nous cherchons des références.

En parcourant le web, vous trouverez beaucoup de sites qui parlent de DDLG, mais hélas, la quasi totalité d’entre eux sont anglophones. Coté français, c’est plutôt le désert intersidéral. Heureusement, il y a Google Translate qui permet de lire dans un français à peu près correct des textes très intéressants sur le sujet.

Quand on lit ces sites, il y a trois problèmes qui se posent : les références, la culture, les donneurs de leçons.

LES REFERENCES

Pour savoir qui nous sommes, nous cherchons à nous comparer aux autres. Les autres, ce sont ceux qui parlent du DDLG. Sommes nous comme eux ? Suis-je un vrai Daddy ? Suis-je une vraie Little ? Ces questions reviennent sans cesse. Elles sont légitimes dans la mesure ou l’être humain n’est pas fait pour vivre seul dans son coin. Il a besoin de faire parti d’un groupe, d’une structure pour se sentir bien, pour être à sa place.

Ceci étant dit, il ne faut pas perdre de vue que chaque individu est unique et que du coup, chaque couple est unique. Alors il faut bien faire attention quand on veut se comparer aux autres. En effet, les autres ne sont pas vous. Leurs besoins, leurs envies, leurs fantasmes ne sont pas forcément les vôtres. Cela veut-il dire que nous ne faisons pas parti du groupe ? Absolument pas ! Il faut bien comprendre que chacun exprime sa propre vision du DDLG. Ma perception n’est pas la norme, elle n’est valable que pour moi. En lisant ce blog, vous aurez parfois l’impression d’être en phase avec moi, et à d’autres passages, vous vous direz que nous sommes en totale divergence. Ce constat est normal. Vous ne serez jamais à 100% comme l’autre, ni même à 90%. Vous aurez des points de convergence, et des points de désaccord. Cela ne fait pas de vous un « faux » Daddy ou une « fausse » Little. Cela fait simplement de vous un Daddy ou une Little qui à sa propre identité. Et c’est ça qui est important. Vos différences sont justement ce qui va vous définir par rapport aux autres. Ce sont elles qui font de vous un être unique. Vous avez le droit d’avoir une perception très personnelle du DDLG. L’important est que cette perception vous convienne. Alors ne prenez pas les informations que vous trouvez au pied de la lettre. Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas totalement comme les autres que vous n’êtes un vrai Daddy ou une vraie Little. Ce qui compte, c’est ce que vous ressentez au fond de vous.

LA CULTURE

Chaque pays a sa culture et la France ne fait pas exception à la règle et je dirais même que nous sommes les champions en la matière. Nous sommes les plus grands défenseurs de l’exception culturelle. Mais cette culture qui nous caractérise est-elle vraiment faite pour nous ? Pour ma part, mon éducation a été un grand frein dans ma progression. J’ai dû lutter contre moi-même, contres mes croyances limitantes, mes pseudos convictions. Depuis tout petit, on ne cesse de nous rabâcher qu’il faut faire ci, qu’il ne faut pas faire ça, que ceci est bien et cela est mal. Le but n’est pas de tout jeter à la poubelle mais d’apprendre à faire le tri parmi toutes ces certitudes. Quelles sont celles qui nous conviennent vraiment, et quelles sont celles qui ne sont pas faites pour nous, c’est à dire celles qui nous mettent mal à l’aise car pas en phase avec notre vraie personnalité ? Voila des questions qu’il faut se poser. Toutes ces interrogations sont liées à notre éducation, notre environnement social, professionnel, etc. Toutes ces croyances, ces interdits sont le résultat de notre culture, pas celle que nous avons choisie mais celle que l’on nous a imposée.

Pour vivre heureux, il faut être en phase avec soi même et pour cela, vous devez apprendre à construire votre propre culture, définir vos propres règles. La seule limite infranchissable c’est la loi de la République, et cette loi permet beaucoup de choses.

Vous pouvez vous limiter à la culture française mais si vous cherchez des infos sur le DDLG, les sites que vous trouverez sont presque tous anglo-saxons. C’est une autre culture, une autre perception des choses, avec ses bons cotés et ses mauvais tout comme notre culture. Ne vous braquez pas de suite contre. Tous n’est pas négatif, bien au contraire. Les communautés DDLG sont beaucoup plus développées chez eux et mieux structurées. Il y a beaucoup de choses à apprendre dans ce domaine. Prenez ce qui vous plaît et laisser le reste. Construisez vos propres règles et n’hésitez pas à vous inspirer de ce que font les autres si vous sentez que cela vous convient.

LES DONNEURS DE LEÇONS

Ils sont légions. Vous en trouverez partout. Ce sont des gens qui vont vous dire que ce que vous devez faire, ils vont vous dicter votre conduite. Ils ne vous connaissent pas, ils ne savent de vous mais ils vont vous expliquer comment vous devez vous comporter. Ces gens utilisent souvent les mots « vrai » et « faux ». Ils pensent qu’ils détiennent le savoir absolu. Mais il n’en est rien.

Personne à part vous peut dire ce dont vous avez besoin. Personne à part vous peut savoir ce que vous ressentez. Personne à part vous peut savoir vos désirs et/ou vos angoisses les plus profonds. Vous seul pouvez décider de ce qui bien pour vous. Ne vous laisser pas entraver par ces donneurs de leçons. Ces gens ne sont que intolérance et mépris pour tout ceux qui n’adhèrent pas à leur perception des choses.

Il y a autant de DDLG que de couples car chaque relation est unique. Ce qui marche pour l’un peut très bien s’avérer totalement destructeur pour un autre. Ne laissez donc pas ces individus vous détourner de votre chemin.

Personnellement, j’en ai connu des comme ça. A l’époque, j’étais un jeune Maître débutant et je me suis retrouver confronté à deux soumises qui intervenaient systématiquement sur les articles mon blog pour critiquer tout ce que j’écrivais et qui voulais m’apprendre ce que je devais faire pour être un « vrai » Maître. Je l’ai très mal vécu. Le problème avec ce type de personnes, c’est que quand vous êtes novice, vous êtes à la recherche de vos marques, et ces gens sèment le doute dans votre esprit qui est déjà bien embrouillé. Il devient vit très difficile de faire la part des choses. Il faut donc rester très vigilent sur ce que l’on veut vraiment. Après, avec le temps et l’expérience, j’ai appris à me protéger de ces nuisibles. Ces gens se nourrissent de votre manque d’expérience pour se donner de la valeur, de l’importance qu’ils n’ont pas et n’aurons jamais.

En conclusion, ce que vous devez par dessus tout retenir, c’est que quoi qu’il arrive, vous devez rester vous-même. Ne cherchez pas à vous changer pour faire comme les autres. Les autres ne sont pas vous. Vous n’avez qu’une vie, la votre. Ne la gâchez pas pour faire plaisir à des gens qui ne savent rien de vous et qui n’ont que faire de vous.

 

Article similaire :

Une réponse à A CHACUN SON DDLG

  • Bonjour

    Je m’intéresse depuis peu au DD/lg. J’ai fait pendant des années du BDSM et ce côté tendresse et câlins m’attire beaucoup.
    Je lis avec plaisir votre blog en français et commence à comprendre ce merveilleux monde. Cet article de blog est très apaisant car oui il est vrai qu’au début, on se questionne un peu sur tout. La conclusion en est que tout comme en BDSM où je bâtissais des liens singuliers avec mes soumises, c’est tout aussi vrai en DD/lg et que l’essentiel est de voir avec ma little comment trouver notre propre voie…

    Merci pour ce site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *