Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

On en parle souvent en BDSM, on le recommande, son rôle est important. Ce personnage mystérieux c’est le mentor. Quel que soit votre statut, Dominant, Maître, soumise ou esclave, le mentor est là pour vous conseiller, vous épauler, vous guider dans votre cheminement dans le monde BDSM. Il est le confident, l’ami. Il a surtout une expérience avérée dans le domaine du BDSM, soit par sa maîtrise des différentes techniques, soit par son parcours de vie et sa capacité à gérer sa soumise.

Si l’expérience est souhaitable, il n’y a pas d’âge requis pour être mentor. En effet, même un Dominant à peine plus expérimenté que vous peut faire la différence car il aura un regard extérieur sur une situation qui vous obsède et vous empêche de voir la solution qui est pourtant sous vos yeux.

Il ne faut cependant pas confondre les genres. Le Mentor n’est pas votre psy. Pour les problèmes graves ou très délicats, n’hésitez pas à vous faire aider par des personnes professionnelles.

Mentor / soumise

Il est recommandé pour une soumise d’avoir un mentor. Personnellement, je considère qu’une soumise expérimentée serait plus appropriée, mais rien dans l’absolu n’interdit le lien avec le mentor. Toutefois, il faut être bien clair, ce statut particulier est très spécifique et impose le respect d’un certains nombres de règles.

Le mentor est là pour vous guider. Son avis doit être celui d’une personne expérimentée qui observe votre parcours avec un regard extérieur, donc dépassionné. De ce fait, même en étant très proche de vous, il doit garder une distance minimale avec la soumise. En clair, il ne peut pas devenir votre Maître car du coup, son jugement est totalement faussé puisque partie prenante. Il y a clairement conflit d’intérêt.

Ce conflit peut parfois exister notamment quand la soumise devient très proche. Si la relation avec le Maître est bancale, la femme peut être tentée de se jeter dans les bras de son guide. Ce cas de conflit peut aussi arriver si la soumise (sans collier) tombe sous le charme du conseiller. Le cœur a ses raisons que la raison ne peut comprendre.

Comment trouver son mentor ? Une question qui revient souvent. Pour ma part, je pense que le meilleur moyen est de demander. Il y a les munchs ou vous pouvez les rencontrer en vrai, sinon dans les groupes Facebook, vous pouvez vous faire une idée très précise en suivant les discussions. Évitez les Maîtres sans soumise. Assurez-vous que celui que vous convoitez soit d’accord et surtout pas en recherche d’une seconde soumise. Ensuite, c’est une question de feeling et de dialogue.

Mentor / Maître

Les soumises ne sont pas les seules à avoir besoin d’un mentor. Les Maîtres peuvent également avoir des moments de doutes, de détresse, un passage à vide. Avoir quelqu’un à qui se confier, demander un avis peut s’avérer déterminant.

Il ne faut surtout pas considérer cela comme une marque de faiblesse. C’est même tout le contraire. En effet, personne ne détient le savoir suprême, personne ne connait la solution à toutes les situations. Face au doute, un avis extérieur peut faire la différence, surtout si ce conseil vient d’une personne qui est parfaitement au courant de votre situation. Le bon Maître c’est celui qui connait ses limites et surtout sait demander conseil à la bonne personne quand le besoin s’en fait sentir.

Une réponse à LE MENTOR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *