Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Ils sont partout, quoi que vous fassiez, si vous êtes une soumise, une esclave ou une Little à la recherche d’un dominant ou pas, que vous ayez un Maître ou pas, les prédateurs seront sur votre chemin. Face à ces individus malfaisants, vous devez garder la tête froide. Il y a des signes qui ne trompent pas. Il y a des règles impératives à respecter si vous ne voulez pas vous retrouver dans la catégorie victime.

COMMENT REPÉRER LES PRÉDATEURS

Tout d’abord, vous devez prendre conscience dès le départ que même en faisant preuve de la plus grande prudence, vous n’aurez jamais la certitude de ne jamais vous faire piéger par un prédateur. Heureusement on peut les voir venir de loin avec leurs gros sabots. Ils suivent pratiquent tous les même schémas. Ils se sont auto proclamer Maître ou Daddy et vont vouloir vous imposer leur loi avant même le début de la relation.

Le vouvoiement : Il va l’exiger de vous mais va vous tutoyer de suite sans même vous demander votre accord. Il faut ne faut jamais perdre de vue que tant que les deux personnes n’ont pas donné leur consentement, la relation n’a pas encore commencé. Cela veut dire que vous être dans le cadre d’une relation normale. Les deux personnes sont absolument sur le même pied d’égalité. Aucun des deux ne peut imposer quoi que ce ce soit à l’autre.

Maître : Il voudra que vous l’appeliez Maître, Monsieur, Sir ou je ne sais quoi d’autre. A l’exception de Monsieur, qui est un terme de politesse standard, les autres titres sont strictement réservés à celui que vous avez choisi et ne peuvent en aucun cas être utilisé pour une personne qui n’est pas votre dominant. Pour le terme de monsieur, nous sommes dans le même cas de figure que le vouvoiement. S’il vous demande de l’appeler Monsieur, il doit en retour vous appeler Madame car à ce stade, il n’est rien pour vous.

La hiérarchie : Il voudra vous mettre à votre place, à un rang inférieur. Comme je l’ai dit, tant que la relation n’est pas commencée, vous êtes a égalité et vous n’avez donc pas à recevoir d’ordre. Vous n’avez pas à lui en donner non plus. Certaines femmes pensent que si le prétendant leur manque de respect, elle peuvent lui ordonner de changer de comportement. C’est faux. Vous ne pouvez pas ordonner mais seulement demander. S’il n’obtempère pas, clôturer la relation, un point c’est tout. Chercher à lui donner un ordre, c’est vous mettre à son niveau, cela ne sert pas votre cause. Beaucoup de soumise (ou little) en tendance à poster leur coups de colère sur les réseaux sociaux. Ce n’est pas interdit, mais si vous êtes en recherche d’un dominant, ne perdez jamais de vue que vous serez jugée sur ce type de posts. Ne soyez donc pas agressive. Restez modérée et respectueuse. Montrez que vous êtes au dessus de tout ça.

Soumise, esclave, little : Avant d’être l’une des trois voir pourquoi pas plusieurs des trois, vous êtes d’abord une femme libre. Vous ne devez rien à personne. Celui qui vous contacte doit donc le faire comme si vous étiez une femme vanille. Le statut soumise, esclave ou little ne peut être pris en compte que lorsque la phase d’approche est déjà à un stade avancé et que le courant passe bien entre les deux. Il faut d’abord convaincre la femme avant de séduire la soumise, l’esclave ou la little.

Les photos : Il n’y a rien de mal, selon moi, à demander une photo surtout si la prise de contact se fait sur Internet. Par contre, soyez vigilante sur la photo que vous allez envoyer. Elle doit vous mettre en valeur, certes, mais pas dans une tenue trop intime. C’est une question de bon sens me direz-vous mais certains n’hésitent pas a en demander dès le début de la discussion.

LES RÈGLES DE BASE

Quelle que soit la situation, la règle de base qui prime sur toutes les autres, c’est votre intuition. Ne l’ignorez pas. Si elle vous dit non, c’est qu’elle a une très bonne raison, même si vous ne parvenez pas l’exprimer clairement. Cette petite voix qui est en vous vous connaît mieux que vous même car une partie d’elle vient de votre inconscient. Elle sait mieux que vous ce qui vous convient.

Quel que soit votre statut, soumise, esclave ou little, ne perdez jamais de vue que vous êtes d’abord une femme libre qu’il faut convaincre et séduire. Le Maître propose, la femme dispose. C’est ainsi que fonctionnent les choses. Toute personne qui vous manque de respect doit être immédiatement rayée de la liste des candidats potentiels.

Votre mission n’est pas d’éduquer les autres. S’ils ne savent pas se conduire correctement c’est tant pis pour eux. N’essayez pas de leur expliquer qu’ils doivent changer de comportement car c’est peine perdue. Ils sont totalement figés dans leurs certitudes. Ils ne se contrôlent pas car ils sont sous l’emprise de leurs hormones ou de leurs névroses. La seule option vraiment efficace, c’est le blocage, que ce soit sur Facebook, Fetlife, ou d’autres, cette fonction existe. Alors n’hésitez pas à l’utiliser. Elle est faite pour ça. Mais parfois, mettre un bon coup de griffes au passage ça fait du bien, alors si vous y tenez, lâchez-vous un bon coup et bloquez dans la foulée.

Vous n’êtes la soumise, l’esclave ou la little que de votre Maître, celui que vous avez choisi. Par conséquence, les titres comme Maître, Sir, etc. sont strictement réservés à cette personne. Aucune autre ne peut exiger de vous que vous l’appeliez Maître ou Sir ou Seigneur et ce ne sait quoi d’autre.

Soumise, esclave ne veut pas dire que vous l’êtes pour tout le monde, seulement pour le Dominant que vous avez choisi. Beaucoup de pseudo maîtres ne comprennent pas cette subtilité pourtant fondamentale. C’est pourquoi vous ne devez pas accepter qu’un inconnu vous traite de salope, de chienne ou même de ma petite puce sans y avoir été expressément autorisé.

Beaucoup de soit disant dominants vont essayer de vous impressionner en se retranchant derrière le protocole. Bien que ce dernier existe dans la communauté BDSM, il n’est en rien une obligation tant que vous n’avez pas donner votre consentement. Vous n’avez donc pas à vous y soumettre. Dans le monde DDLG, il n’y a aucun protocole. Ça règle donc le problème.

Dans le cas ou vous avez déjà un Maître, lors du premier contact, vous devez le préciser immédiatement. Si l’intéressé continue, ne perdez pas de temps à essayer de lui expliquer comment il devrait se conduire, bloquez ou laissez votre Maître gérer.

Une réponse à LES PRÉDATEURS DU WEB

  • Merci de cet article Monsieur.
    J’ai rompu avec mon maître et j’ai voulu aller sur un site bdsm mais vu le nombre de  » prédateurs » comme vous le dites, j’ai pris un engagement envers moi-même ( et validé par un ami) de ne plus aller sur aucun sites pour déjà me remettre de cette séparation et de ne pas être sous la coupe d’un  » prédateur » car malheureusement je suis assez vulnérable.

    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *