Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Être une Little Girl, c’est avoir un coté enfant prononcé que l’on veut protéger et développer. Mais c’est aussi être dans un processus de Domination / soumission (D/s). Le DDLG est une sous-branche du BDSM, il ne faut pas l’oublier.

Venir dans le DDLG en se disant que l’on va être une enfant reine à qui le Daddy passera tous les caprices est une très mauvaise idée. Le DD de DDLG veut dire Daddy Dom, ce que l’on peut traduire par Papa Dominant. Un dominant ne fait que ce qu’il juge utile de faire et rien d’autre. Dans le DDLG, il n’y a que des princesses, le titre de Roi est occupé par le Daddy. La hiérarchie est donc bien clair, dès le début, il faut bien comprendre et accepter que l’on est dans une relation D/s.

FEMME-ENFANT

La Little est une soumise (ou esclave) qui veut vivre pleinement son coté enfant. Dans ce but, elle se trouve un Daddy qui assurera son éducation et son développement.

EDUCATION POSITIVE

L’éducation de la Little est basée sur la mise en valeur des bonnes actions. C’est pour cela que nous parlons d’éducation positive. Contrairement aux soumises ou l’on raisonne surtout en termes de bêtises et de punitions, dans le cas de la Little, nous préférons parler de bonnes actions et de récompenses. La Little n’obéit pas de peur d’être punie, mais pour être récompensée. L’accent est mis sur la valorisation de la Little, son épanouissement par le jeu, l’interaction avec son Daddy dans une relation pacifiée au maximum.

L’AUTORITÉ DU DADDY

Tout comme dans la D/s, le Daddy est celui qui dirige. Il fixe les règles, après concertation avec sa Little, il la récompense et la punit à chaque fois que cela est nécessaire. Pour la Little, le Daddy est le référent paternel. Il incarne la stabilité, le réconfort, la protection. Une Little n’est rien sans son Daddy et inversement.

SEXUALITÉ

Bien que nous soyons dans une logique clairement tournée vers l’enfance, il ne faut pas oublier que nous avons affaire à des adultes. De ce fait, il sexe n’est jamais bien loin. Il peut être très soft et classique mais ce n’est pas une obligation. Je dirais même que c’est souvent l’inverse. La Little étant une soumise par nature, il est donc très fréquent de retrouver une grande partie des pratiques du BDSM. Cela peut même aller jusqu’à certains extrêmes SM. La Little veut plus que tout plaire à son Daddy et cela inclut bien entendu sa sexualité.

Il faut bien être clair sur la sexualité de la Little, il ne faut pas se tromper. Nous ne sommes pas dans une relation pédophile. Nous sommes entre adultes consentants. Il n’y a donc aucune raison qu’elle se prive d’un plaisir charnel.

SOUMISSION

La Little, de par sa nature est donc une soumise. Ce qui la distingue des autres, c’est uniquement son coté enfant. De ce fait, il y a certains traits de comportement qu’elle ne peut pas avoir.

LA REBELLION

S’opposer aux décision de son Daddy, juste parce qu’elle en a envie n’est pas un comportement acceptable car cela n’est pas compatible avec une relation de Domination / soumission. Contester les décisions du Daddy, c’est comme s’engager dans l’armée en étant incapable de supporter de recevoir des ordres. Il y a clairement incompatibilité. En clair, cela veut dire qu’être une femme-enfant ne fait pas de vous une Little si vous considérez que tout vous est dû et que le Daddy est juste là pour céder à tous vos caprices parce que vous êtes une princesse.

BETISES / PUNITIONS

Un autre des gros travers que l’on peut trouver c’est la logique bêtise / punition. S’imaginer que l’on peut faire des bêtises dans le dos du Daddy et qu’il n’en saura rien est une démarche totalement destructrice pour la relation. S’imaginer que le Daddy ne peut pas vous punir parce que vous êtes dans une relation distante est aussi un comportement qui ne peut que mettre gravement en péril votre relation.

La Domination / soumission est une démarche qui repose en grande partie sur la confiance. Cette confiance doit s’installer dans les deux sens. Le Daddy doit avoir la certitude que sa petite ne fera pas de bêtises dans son dos. Il doit être certain que se soustraire à une punition n’est pas dans les intentions de sa fille.

La Little de son coté ne choisit pas un Daddy pour le provoquer mais pour qu’il la guide, la protège et l’aide à s’épanouir. Chercher à duper son Daddy, c’est le plus sûr moyen de tuer la relation dès le départ. C’est n’est donc pas du tout une démarche pertinente.

ENFANT ROI

Comme indiqué plus haut, le principe de l’enfant roi n’est pas de mise dans une relation DDLG. Si vous considérez que votre Daddy doit se plier à vos caprices alors passez votre chemin. Maintenant, rien ne vous empêche de demander ce que vous voulez à Daddy. Il peut accepter ou pas. Et qui sait, avec un peu de chance votre demande peut passer. Il faut bien faire la différence entre l’enfant roi qui veut tout parce qu’il considère que Daddy lui doit tout et la Little qui teste son Daddy pour obtenir quelque chose par forcément justifié et/ou mérité. Ça marche tant mieux, ça ne marche pas tan-pis. Qui ne tente rien n’a rien.

 

La Little n’est pas une femme fragile, ce n’est pas une femme-enfant qui refuse les responsabilités de vie d’adulte. C’est n’est pas non plus une perverse qui se projette dans une relation pédophile. Non, la Little n’est rien de tout cela. C’est juste une femme, une femme qui veut à la fois sa vie d’adulte pour le charnel, son coté enfant pour le réconfort et un protecteur (Daddy) pour la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *