Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Couple

SOUHAITS BESOINS FANTASMES

Comme pour beaucoup de choses il faut savoir laisser du temps au temps pour que tous les événements s’enchaînent comme par magie. Trouver le bon Maître prend du temps. Cela semble évident dit comme cela et pourtant bon nombre de soumises brûlent les étapes et se retrouvent au final en grande souffrance. Construire une relation, qu’elle soit BDSM, DDLG ou vanille ne se fait pas en agissant en dépit du bon sens. Bien des drames pourraient être évités si la soumise s’était posée les bonnes questions au départ (et non à l’arrivée comme c’est souvent le cas) à savoir : vos besoins, vos souhaits, vos fantasmes.

Le but de cet article n’est pas de vous faire la liste de ce que doit être une bonne recherche de Maître. Mon objectif est plutôt de vous inciter à vous poser les bonnes questions avant de franchir le pas, et aussi une fois que vous l’aurait franchi. Il ne suffit pas de se sentir une âme de soumise pour se mettre en chasse. Le mot soumise en lui même n’a pas de sens. Ce qui lui donne sa signification, c’est ce que vous souhaitez vivre en tant que soumise.

Continuer la lecture

Comme je le disait dans l’article précédent, le BDSM permet de voir une situation sous des angles qui ne serait pas possible dans une vie vanille. En effet, dans un couple classique, il y a toujours une lutte de pouvoir, surtout en période de crise. Chacun veut imposer sa solution à l’autre. La rivalité ajoute de la confusion à une situation déjà tendue. Cette rivalité empêche l’émergence de solutions pourtant pertinentes. Le pire, c’est quand l’un fait tout pour torpiller le plan de l’autre juste pour prouver que c’est lui qui avait raison. Le BDSM fixe la hiérarchie. Le Maître sait quel est sa place, la soumise sait aussi où est la sienne. Elle n’a aucun intérêt à saboter le plan de son Dom car elle en sera la première victime.

Il y a de nombreux obstacles à l’émergence d’une solution pérenne. Nous sommes tous victimes de notre éducation, de notre environnement social et/ou professionnel. Que vont penser les autres, les amis, la famille ? Notre pire ennemi dans ce type de situation c’est l’égo. Et là, je parle du Maître car c’est lui qui au final devra prendre la décision. Nous savons tous que chez les Doms, l’ego compte beaucoup. Il permet de rester la tête haute face à l’adversité mais peut aussi nous conduire droit dans le mur s’il ne reste pas sous le contrôle de la raison.

Continuer la lecture

Comme je l’ai dit dans mon précédent article, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Nous devons tous affronter des tempêtes de temps à autres. Ces épreuves peuvent être plus ou moins longues, plus ou moins intenses, plus ou moins violentes. Ce qui est sûr, c’est que quelle que soit la situation, nous ne pouvons rien faire d’autre que faire face à l’adversité. La fuite ne nous sauvera pas.

Dans une relation BDSM, ou le Maître est sensé tenir la barre, on comprend vite que la tâche n’est pas facile. Mais le Dominant n’est pas le seul à se débattre, la soumise elle aussi est mise à contribution. Parfois, c’est l’action combiné des deux qui apportera la solution, des fois c’est le Maître seul qui devra ramener le bateau en eaux calmes. Il y a même des cas où c’est la soumise qui va sauver le Maître et le navire.

Continuer la lecture

Quand j’ai débuté le BDSM en mode 24/7, il y a plus de 11 ans, je découvrais un monde totalement inconnu. Comme tout ce qui est nouveau, on est plein d’enthousiasme. Il fallait tout construire, mais surtout, il fallait découvrir et apprendre. Comme beaucoup, nous avons commencé nos recherches sur internet. Comme beaucoup, nous sommes tombés sur les 12 règles de la soumise. Comme beaucoup, nous avons voulu les appliquer car manifestement, ne pas le faire semblait être un crime. Comme beaucoup, nous avons vite compris que ce n’était pas nous et qu’il nous fallait des règles du jeu qui nous conviennent. C’est là que la vraie difficulté est apparue. Pour savoir ce qui nous convient, il faut d’abord savoir ce que l’on veut.

Durant les premiers mois, nous avons beaucoup tergiverser, beaucoup changer d’avis et surtout beaucoup discuter. C’est là que notre première règle a émergé. Le dialogue devait être notre fil rouge. Ce qu’il a de magnifique dans le début d’une relation, c’est que tout nous semble possible. Et c’est vrai que dans l’absolu, c’est le cas.

Continuer la lecture