Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Généralité

Beaucoup de prétendants aux BDSM considèrent le fait d’être novice comme un handicap. Ce n’est pas le cas. Certes tout n’est pas maîtrisé, il y a des loupés mais il y une chose de sûre, être débutant n’est pas une tare.

Quand on débute dans le BDSM, on se pose tout un tas de questions. Avant, trouver les réponses était un véritable parcours du combattant. Aujourd’hui, grâce à Internet il est facile de trouver les réponses, et je dirais même que cela permet surtout de comprendre qu’il n’y a pas de BDSM universel. Chacun doit faire le sien.

Que vous soyez homme ou femme, dominant ou soumis(e), au début vous êtes une personne libre. Vous devez donc vous comporter comme telle. Pour une femme par exemple, il ne vous viendrait pas à l’esprit de coucher avec un homme que vous avez rencontré 10 minutes plus tôt. Il en va de même dans le BDSM. Vous devez réfléchir avant d’agir comme vous le feriez pour tout autre aspect de votre vie. Cette capacité à procéder de façon réfléchie ne doit pas disparaître en entrant dans la sphère BDSM bien au contraire.

Continuer la lecture

C’est un constat indéniable, qui dit BDSM dit SEXE. Dans l’esprit d’une très grande majorité des gens, il n’est pas possible de sortir de cette logique. Il y a plusieurs explications à cela.

Déjà pour le quidam, le BDSM se résume au SM et tous les faits divers liés à cette pratique. Les médias sont en effet de grands mystificateurs en matière d’information. Leur objectif est de vendre et pour cela seul le spectaculaire compte. Ils n’hésitent donc pas à déformer les faits et surtout désinformer le public. C’est ainsi qu’aujourd’hui nous en sommes au point où BDSM = SM = SEXE = PERVERSION. Pourtant, tous les journalistes ne sont pas incompétents et il y a de nombreux articles sur notre communauté. Mais étrangement, ces articles ne font pas la une des journaux.

Les médias ne sont hélas pas les seuls responsables car les principaux coupables sont parmi nous. La communauté elle-même fait tout pour véhiculer cette image d’Epinal. Nous voyons beaucoup de soirées où les exhibitions sont toutes plus hard les unes que les autres. Du coup, on en oublierait presque que le BDSM au départ c’est une relation humaine.

Continuer la lecture

Cette question est souvent posée. Comme beaucoup d’autres, elle n’a pas de réponse universelle. Tout dépend de ce que chacun recherche dans ce type de relation. Il ne faut pas oublier que chaque individu est unique. Chaque couple est donc unique. C’est donc à chaque couple de définir ensemble si l’amour à sa place ou non dans la relation.

Ma réponse sur ce sujet sera donc très personnelle. Elle repose sur ma perception propre du BDSM et surtout sur la façon dont je souhaite interagir avec l’autre. Pour moi, une relation est avant tout un lien affectif entre moi et la soumise ou l’esclave. Vous comprendrez donc que pour moi, non seulement l’amour a toute sa place, mais j’irais même au-delà en disant qu’il est indispensable.

Je serais totalement incapable d’avoir une relation sexuelle avec quelqu’un sans une forte dose d’affectif. C’est pour cette raison que les plans culs d’un soir, ou les histoires courtes ne m’intéressent pas. J’ai besoin de durée, de stabilité dans la relation. J’ai un besoin impératif d’avoir un échange affectif avec la personne et il faut que cet échange soit bilatéral. Je dois pouvoir me projeter dans l’avenir, sur le moyen et long terme.

Continuer la lecture

Dans une relation BDSM, la confiance est de mise, elle est présentée comme une condition sine qua non de la relation. Pourtant, quand on lit les blogs, surtout de soumises, on se rend compte que la jalousie n’est jamais bien loin. Ce sentiment fait partie intégrante de la nature humaine et il donc tout à fait naturel de le retrouver dans le monde BDSM.

La jalousie est une sensation étrange. Elle nous pousse à douter de l’autre alors qu’à la base c’est envers nous même que nous n’avons pas confiance. Nous doutons tellement de nous que nous finissons par rendre l’autre responsable de cette situation.

A la base, quoi qu’il en soit, le Maître propose et la soumise dispose. C’est elle qui choisit son Maître. Celui à qui elle va remettre sa liberté. On suppose donc que la confiance est de mise. Pourtant, certaines soumises finissent par succomber au démon de la jalousie. Pourquoi ?

Continuer la lecture