Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Lorsque que l’on débute une relation, qu’elle soit BDSM ou pas, il est très rare que l’on aborde la question des pratiques sexuelles et des limites que l’on veut y mettre ou pas. Pourtant, l’harmonie sexuelle dans un couple est une donnée non négligeable.

Dans le cadre du BDSM, il est indispensable que le Maître et la soumise soient pleinement conscients de ce que chacun peut faire, de l’évolution potentiel de chacun. Oui je dis chacun car il n’y a pas que la soumise qui progresse. Le Maître aussi doit progresser, en maîtrisant de nouvelles techniques et en approfondissant celles déjà connues. Pour y voir plus clair, la communauté québécoise a rédigé un document regroupant les principales pratiques. Il pleut sembler rébarbatif au premier abord, mais son usage est d’une utilité indiscutable. Rien ne vous empêche d’y ajouter votre pratique si elle ne figurent pas dans la liste.

La soumise

Il est important pour la soumise de savoir à quelle sauce elle va être dévorée. Pour cela, il faut au préalable qu’elle s’interroge sur elle-même, sur ces désirs profonds, ses fantasmes, ses craintes. Elle doit parvenir à faire la différence entre ce qu’elle est prête à faire, ce qu’elle pourrait éventuellement essayer, ce qu’elle ne veut surtout pas subir. La plupart du temps, c’est quand il faut passer à la casserole que la soumise exprime son refus. Il aurait été plus judicieux de prendre le temps de faire un tour d’horizon au début. Cette démarche est très importante car elle permet à la soumise de se rassurer sur sa sexualité, elle permet aussi au Dominant de savoir très exactement à quoi s’en tenir. Beaucoup de pratiques mentionnées dans ce document vont vous passer totalement au-dessus de la tête et c’est tout à fait normal. Il est conçu pour être aussi large que possible. Pourtant sa lecture vous posera surement question. Des pratiques auxquelles vous n’avez pas penser vont surement vous interpeller. De nouveau désirs peuvent émerger. Ce sera alors le moment d’en faire part à votre Maître.

Le Maître

Le Maître est là pour guider la soumise, y compris sur le plan sexuel. Il doit donc parfaitement connaître les capacités réelles de sa chienne. C’est pour cette raison qu’en règle générale, c’est le Dominant qui soumet le questionnaire.

C’est en fonction des souhaits du Maître et des réponses de la soumise que se décidera l’éducation de la soumise. Tout Dom qui se respecte cherchera à pousser sa bestiole au-delà de ses limites. Certaines pratiques nécessiteront une approche psychologique plus délicate que d’autres. Le questionnaire est donc un outils d’éducation très important car il définit les limites de la soumise.

Ce tour d’horizon n’est pas fixé. Il va évoluer en même temps que votre sexualité. Vous devez donc pensez à le remettre au gout du jour aussi souvent que nécessaire. Vous trouverez le document ci-dessous :

 

Questionnaire des pratiques sexuelles BDSM

2 réponses à QUESTIONNAIRE DES PRATIQUES SEXUELLES DANS LE BDSM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *