Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

BDSM – DOMINANT

Rien n’est figé dans la vie. Certains points de vue changent. Il y a aussi ces choses que l’on refuse d’admettre, mais qui malgré nous, continuent leur petit chemin. Vous m’auriez demandé si j’accepterai d’avoir une seconde soumise transgenre il y a 15 ans, je ne vous aurai même pas répondu. Aujourd’hui, je réponds : absolument ! N’allez pas croire que j’ai changé d’avis ou que je succombe à un effet de mode. Il s’agit là d’une réelle évolution dans mon approche de mon moi profond. J’accepte et j’assume maintenant sans problème une attirance qui avant me plongeait dans un profond malaise.

Continuer la lecture

Le titre est un peu provocateur je vous le concède. Cependant il n’est pas si stupide que ça. Ne vous est-il jamais arrivé de vous faire traiter de gros pervers sexuel par des vanilles qui vous observe avec votre soumise ? Surement, car il ne faut pas s’y tromper, vu du côté vanille, il n’y a aucune différence entre un Dominant et un macho. Pourtant, la différence est de taille.

On ne peut pas non plus jeter la pierre aux vanilles. Ils ne sont pas aidés. Pour bien comprendre le problème, il faut d’abord se poser la question d’un point de vue moral. Dans notre société judéo-chrétienne, le BDSM et les pratiques sexuelles qui s’y rattachent sont considérées comme des perversions. Certes, les psychiatres ont essayé de faire passer la pilule en remplaçant le mot perversion par paraphilie. Mais cela ne change rien au fond du problème. Ce n’est pas parce que vous prenez le terme de « Technicienne de surface » que vous allez changer le métier de femme de ménage.

Continuer la lecture

Je veux du sexe mais pas sans saveur. Le sexe est l’un des aspects de la vie le plus important. Beaucoup d’hommes prennent le BDSM pour un exutoire où ils peuvent donner libre court à tous leurs délires. Ils viennent en ces lieux pour se défouler d’une sexualité mal vécue ou pas vécue du tout. Les proies sont nombreuses et bien vulnérables. Une sexualité bien vécue et bien assumée permet d’avoir une sérénité certaine. Certes, cela n’est pas suffisant pour être heureux mais cela y contribue fortement, tout comme l’argent.

Pourquoi suis-je un Maître ? Pas seulement parce que je veux commander, je le suis car cela me permet d’avoir la sexualité que je veux. Cela me permet ne plus vivre ce sexe petit, sans éclat, enlisé dans des contraintes morales qui ne sont pas ou plus les miennes depuis longtemps. Je veux pouvoir faire ce que je veux quand je le veux mais toujours dans le respect de l’autre, car le respect mutuel et le dialogue sont le ciment de notre relation. Je ne veux pas être obligé de supplier pour tirer mon coup. Je ne veux pas être obligé de négocier. J’exige de  pouvoir culbuter ma chienne comme bon me semble. Si l’envie me prend là, tout de suite, je revendique haut et fort le droit de la prendre par tous les trous sans préavis et sans la moindre concession d’aucune sorte. J’ai envie donc je fais, voila tout. Ma chienne est là pour satisfaire tous mes désirs, mes envies, le jour, la nuit, même si elle est fatiguée, qu’elle n’a pas envie ou qu’elle a ses règles. Son corps m’appartient, car elle m’a choisi comme étant Son Maître et a pleinement accepter d’être utilisée ainsi, conformément à ses vœux de soumission.

Continuer la lecture

On en parle souvent en BDSM, on le recommande, son rôle est important. Ce personnage mystérieux c’est le mentor. Quel que soit votre statut, Dominant, Maître, soumise ou esclave, le mentor est là pour vous conseiller, vous épauler, vous guider dans votre cheminement dans le monde BDSM. Il est le confident, l’ami. Il a surtout une expérience avérée dans le domaine du BDSM, soit par sa maîtrise des différentes techniques, soit par son parcours de vie et sa capacité à gérer sa soumise.

Si l’expérience est souhaitable, il n’y a pas d’âge requis pour être mentor. En effet, même un Dominant à peine plus expérimenté que vous peut faire la différence car il aura un regard extérieur sur une situation qui vous obsède et vous empêche de voir la solution qui est pourtant sous vos yeux.

Il ne faut cependant pas confondre les genres. Le Mentor n’est pas votre psy. Pour les problèmes graves ou très délicats, n’hésitez pas à vous faire aider par des personnes professionnelles.

Continuer la lecture