Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

BDSM – SOUMISE

SOUMISEFace au danger que constitue les questions de leurs soumises, beaucoup de Maîtres cherchent à isoler leur soumise pour mieux la contrôler. Ce comportement n’est pas nouveau. Dans de nombreux pays, les femmes n’ont pas accès à l’école pour les mêmes raisons. Maintenir une personne dans l’ignorance est la meilleure façon d’agir pour mieux la contrôler. On peut aussi la laisser apprendre tout en lui expliquant ce qu’elle est et ou est sa place. Personnellement, je préfère la deuxième option, car je ne me sens nullement en danger quand une de mes esclaves vient me poser des questions. Du reste, je suis le premier à les pousser à s’informer par elles mêmes. Cela fait partie de leurs devoirs.

S’informer par soi même peut cependant présenter certains dangers pour les soumises. Elles risquent de se trouver prises dans des pièges bien connus. Il est donc important que le Maître soit bien dans sa tête et sache clairement ce qu’il veux. Ainsi, il pourra répondre aux nombreuses questions de sa soumise en toute sérénité.

Continuer la lecture

soumiseDans l’article SOUMISE : DU FANTASME A L’ACTE, je vous ai parlé de la différence entre le fantasme de soumission et la réalité. Aujourd’hui, je vais vous parler de la soumission dans le monde réel. Depuis la sortie de la trilogie 50 nuances de Grey, il faut bien reconnaître que les adeptes de la soumission arrivent de tous les cotés mais hélas avec la plus part du temps, une vision très déformée de la réalité.

Je vais aborder certains aspects du BDSM qui risquent de mettre votre volonté à très rude épreuve.

Continuer la lecture

soumise bdsmIl y a quelques temps mon Dono m’a demandé mon avis sur une question que lui avait posée une soumise avec laquelle il discutait : Comment savoir si l’on est une vraie soumise ?

Une question que j’ai trouvé si intéressante que j’ai décidé d’y consacrer l’un de mes exercices d’écriture quotidien afin de lui répondre.

Déjà, je ne pense pas que l’on puisse être une fausse soumise car, quoiqu’il arrive, nos ressentis, nos croyances et nos valeurs sont bien réels au fond de nous. Il suffit de les mettre en conscience pour savoir que nos sentiments, notre manière d’appréhender notre personnalité ainsi que notre propre réalité ne peut être un mensonge envers nous-même.

Évidemment si l’on commence à se comparer à d’autres et à utiliser une échelle de valeur qui ne nous correspond pas, il y a de fortes chances que notre jugement soit faussé et du coup notre perception de nous-même et de ce que nous sommes le sera également. Et cela, d’autant plus quand nous souffrons d’une faible estime de soi ce qui est souvent le cas lorsque nous éprouvons le besoin de nous comparer aux autres. En vertu de quoi, toute femme qui se sent ou se dit soumise ne peut que l’être vraiment et réellement.

Continuer la lecture

Dans notre monde BDSM, il existe un statut susceptible de faire rêver et fantasmer beaucoup de personnes et plus particulièrement les fans de John Norman et de son univers issu des Chroniques de Gor. Il s’agit de La kajira. Mais que cache vraiment ce mot aux consonances si exotiques qu’il paraît représenter pour certaines et certains le must de la condition de soumise ? Qui sont ou plutôt que sont les kajirae goréennes ?

Tout d’abord, il faut savoir que le terme kajira se traduit en langue goréenne par esclave. Donc, dans le monde de Gor, une kajira n’est pas considérée comme un être humain mais comme une chose, un meuble ou un animal possédé par quelqu’un et n’ayant aucun droit ni bien.

Elle a été dressée et éduquée depuis sa naissance pour cela et il ne lui viendrait jamais à l’idée de s’insurger, se rebeller ou même hésiter à obéir contre un état de fait jugé comme naturel et dans l’ordre des choses pour tous et toutes. Elle ne fera même pas semblant d’être heureuse pour s’adapter à ce mode de vie car les kajirae trouvent leur voie et leur bonheur dans le fait de servir leur Maître ainsi que tous les Libres avec lesquels elles seront en contact. Il y va de l’honneur de leur propriétaire et si quiconque venait à se plaindre du comportement d’une kajira récalcitrante, la punition de celle-ci pourrait aller jusqu’à la peine de mort.

Continuer la lecture