Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Eh oui, cette question « Et si mon Maître avait une autre soumise ? », je me la suis posée pour la première fois l’année dernière. Bien sûr il y a une raison particulière à cela, je n’y ai pas pensé par hasard et elle faisait suite à une discussion que j’avais eu avec mon Maître : Il envisagerait bien avoir une nouvelle soumise.

En effet, dans une relation BDSM il est souvent question de la progression des soumises. Mais si un bon Maître se reconnaît à la manière qu’Il a de nous faire grandir, je suis persuadée qu’Il se reconnaît également à la façon dont Il évolue grâce à nous. Il n’y pas de relation unilatérale, il faut être au minimum deux pour échanger et cette parité permet à chacun d’en ressortir plus riche d’expériences et de savoirs.

Ainsi, alors que dans quelques jours N/nous allons bientôt fêter N/nos 11 ans de vie commune, je ne peux que constater l’immense différence entre le couple que N/nous étions alors et celui que N/nous sommes maintenant. Et évidemment cette évolution concerne également N/notre vision de l’exclusivité et du partage au sein de N/notre couple.

Au tout début de N/notre vie, il n’était absolument pas question pour mon Maître ou pour moi d’imaginer avoir une relation autre que la N/notre. N/nous avions surtout besoin de nous découvrir et de construire le cocon de N/notre Amour. Il n’y avait pas de place pour une autre personne, d’autant plus que N/nous étions novices l’un comme l’autre.

Aujourd’hui un long chemin a été parcouru et N/nous permet d’envisager cette ouverture sur l’extérieur. Il est clair que mon propos ne concerne pas les pratiques ou les jeux BDSM car ce n’est pas la partie la plus compliquée à gérer. En fait il s’agit d’un problème plus personnel, plus humain, je veux parler de la jalousie bien sûr.

J’y ai beaucoup réfléchi car la question n’était pas de savoir si en tant qu’esclave j’avais le droit de ressentir de la jalousie à l’idée de voir (ou de savoir) mon Maître avec une autre soumise mais surtout de savoir comme je devais la gérer et y faire face.

En effet contrairement à ce que dit la morale publique, la jalousie n’est pas une émotion à éradiquer ou à bannir. Elle fait partie de N/nous et comme toutes les émotions que l’on peut ressentir, elle a une utilité et surgit lorsqu’un danger menace ce que N/nous avons construit avec tant d’investissement et d’attachement.

Imaginez-vous ceci, vous êtes encore un enfant et vous venez de rencontrer un copain. Au fond du terrain vague dans lequel vous jouez, un tas de planches, alors l’idée est là. Pour occuper vos vacances, tous les jours vous vous retrouvez pour construire la plus belle des cabanes. Pendant tout un mois, vous y mettez toute votre énergie, votre camarade devient votre meilleur ami, votre tas de planches devient le château-fort ou le bateau-pirate dont vous avez rêvez ensemble et le premier week-end après la rentrée des classes, vous vous êtes donnés rendez-vous afin de retrouver cette atmosphère de vacances et… il n’est pas seul dans la cabane, votre cabane. Vous la sentez bien la jalousie, non ? Je suis certaine que beaucoup d’entre-vous arriveront à se projeter dans cette histoire.

Face à cette situation, je suis sûre que beaucoup d’adultes diraient à l’enfant que vous êtes que ce n’est pas grave, qu’il faut savoir partager, et surtout qu’il ne faut absolument pas être jaloux car c’est mal ! C’est même pour certains un gros péché donc pour bien finir la journée, vous irez vous couchez en ayant (en plus) un sentiment intense de culpabilité alors qu’au final, le plus malheureux c’est qui ? Ben oui, c’est vous !!!

Alors, quels seraient mes sentiments si mon Maître avait une autre soumise et surtout comment arriver à les gérer ?

Comme N/nous l’avons vu, la première des étapes consiste à être dans l’acceptation de ses émotions et ceci d’autant plus lorsqu’elles sont aussi fortes que celle qui nous concerne aujourd’hui : la jalousie !

Je vous le rappelle, bannir ses émotions ou être dans le déni ne vous apportera qu’une plus grande blessure et la culpabilité engendrée vous fera entrer dans une spirale infernale passant de la souffrance au remords sans oublier la colère et la rumination.

Posez-vous ! Acceptez et accueillez ce que vous ressentez sans mettre d’étiquette ou émettre de jugement sur vous-même. Questionnez-vous ! Pour quelle raison je me sens en danger ? De quoi ai-je peur concrètement ? Mettez des mots sur vos craintes et vos doutes !

Le plus souvent, la jalousie est une affaire de confiance. La majorité pense qu’il s’agit de confiance en son partenaire, mais ne vous y trompez pas. En effet, dans cette histoire, il s’agit avant tout de vous, de la manière dont vous vous voyez et de l’estime que vous avez de vous-même. Et si vous avez un doute sur ce que je dis, faites marcher votre imagination.

Fermez les yeux cinq minutes, vous êtes dans une soirée un peu festive et une petite grand-mère pleine de vie en dépit de sa canne, danse sur la piste et s’amuse comme une folle au centre d’une foule en délire. Votre Chéri, charmé et amusé, va la rejoindre et danse avec elle sous les applaudissements. Je suis certaine que vous adorez et peut-être même que vous les filmez afin d’avoir un super souvenir de ce moment.

Maintenant, visualisez la même scène avec la bimbo du coin. Vous remplacez la mignonne petite mamie par une bombe de 20 ans aux jambes interminables et en robe sexy. Votre Chéri, exactement dans le même esprit que tout à l’heure, va danser avec elle. Vous les filmez aussi pendant que le public applaudit ?

Je suis quasiment certaine que non et pourtant il s’agit de la même chose, à un petit détail près, vous !

Votre sentiment d’insécurité s’est réveillé face à celle que vous trouvez si sexy, si à l’aise, si… (la liste est en fonction de chacun) et peut-être même que vous l’enviez tout au fond de vous. Votre Chéri ne peut que penser la même chose (même si c’est uniquement votre point de vue) et votre système d’alarme intérieur s’est mis à retentir dans tous les coins de votre cerveau et comme il est efficace vous ne faites plus attention à rien d’autre, plus rien ne vous détourne de votre mission, trouver un moyen d’éradiquer le danger.

Alors revenons à notre sujet de départ, quel est le danger signalé par cette alarme qu’est la jalousie ? De quoi avoir peur ? En analysant les choses, je me suis dit que ce qui me posait problème c’était le fait de ne pouvoir faire face à une évaluation permanente entre nous deux, comparaison que je voyais toujours à mon désavantage évidemment (estime de soi) et comme je possède une capacité incomparable pour faire marcher mon imagination et me faire des films en cinémascope, je sais que je peux aller très loin dans la rumination.

Alors, le dialogue étant la base de toute relation BDSM, j’ai commencé par en parler avec mon Maître. Lui expliquer mes craintes, mes angoisses et Lui m’a rassuré sur la place que j’occupe dans sa vie et surtout dans son cœur. Etant confortée par ses sentiments à mon égard, il me fallait ensuite passer à une introspection sur mes propres doutes et la façon que j’avais de me voir et de me juger. Une bonne remise à plat de ma propre estime et l’occasion de travailler ma confiance en moi (une action que N/nous devrions tous faire régulièrement d’ailleurs car rien n’est jamais acquis définitivement…)

Grâce à tout cela, je me sens apaisée et sereine et si une petite sonnerie stridente retentit inopinément, j’écoute et décrypte son message.

Une réponse à ET SI MON MAÎTRE AVAIT UNE AUTRE SOUMISE ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *