Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Le titre est un peu provocateur je vous le concède. Cependant il n’est pas si stupide que ça. Ne vous est-il jamais arrivé de vous faire traiter de gros pervers sexuel par des vanilles qui vous observe avec votre soumise ? Surement, car il ne faut pas s’y tromper, vu du côté vanille, il n’y a aucune différence entre un Dominant et un macho. Pourtant, la différence est de taille.

On ne peut pas non plus jeter la pierre aux vanilles. Ils ne sont pas aidés. Pour bien comprendre le problème, il faut d’abord se poser la question d’un point de vue moral. Dans notre société judéo-chrétienne, le BDSM et les pratiques sexuelles qui s’y rattachent sont considérées comme des perversions. Certes, les psychiatres ont essayé de faire passer la pilule en remplaçant le mot perversion par paraphilie. Mais cela ne change rien au fond du problème. Ce n’est pas parce que vous prenez le terme de « Technicienne de surface » que vous allez changer le métier de femme de ménage.

Pour les médecins, nous sommes tous des pervers. Nous sommes dans le même sac que les pédophiles, les violeurs et autres détraqués sexuels. Alors dans de telles conditions, même si nos pratiques restent soft, comment voulez-vous que les vanilles aient une bonne image de nous ?

Partant de ce constat, il devient du coup très difficile pour nous d’avoir un comportement naturel dans la vie de tous les jours. Il faut sans arrêt faire attention à notre langage, nos gestes. Non seulement nous devons le faire en présence de nos enfants, mais aussi en présence d’adultes vanilles, ce qui revient à dire que nous sommes au final, sans arrêt sur le qui vif. Soyons honnêtes, cela devient lourd à vivre au bout d’un moment.

Ça devient pénible de toujours devoir se justifier de tout. Plus ça va, et plus ça prend des proportions inquiétantes. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais aujourd’hui, tout devient polémique. Il est quasiment impossible d’avoir le moindre avis contraire quel que soit le sujet. Nous sommes dans une période ou le politiquement correct règne en maître absolu et ou le moindre propos non conforme suffit pour déclencher les hostilités. Comment faire passer le message dans un tel climat de haine et d’intolérance ? Le grand paradoxe de notre époque, c’est que sous couvert de tolérance, on crache à tout va sur tous ceux qui sont différents, qui ne vont pas dans le sens de la mode du moment. Aujourd’hui, aimer la viande devient presque criminel, aimer le sucre, le gluten, le lait, devient suspect. On vous hurle qu’il faut être tolèrent mais vous n’avez que le droit d’être du même avis que les autres, de ceux qui font la mode, les tendances.

Pourtant, moi, je suis différent et j’aime ma différence. Je ne suis pas un macho. J’ai un profond respect pour les femmes en général et la mienne en particulier. Certes elle est mon esclave, mais cela ne m’empêche en rien d’être à son écoute, de la soutenir, de l’aider. Cela ne m’empêche pas non plus de lui mettre quelques coups de cravache juste parce que ça m’excite. C’est notre choix, notre perception de la vie. Un jour lors d’une randonnée avec un groupe, j’ai demandé ou été ma meuf, les femmes ont été choquées ! Heureusement que je n’ai pas dit où est ma chienne !

 

Une réponse à JE NE SUIS PAS UN PERVERS SEXUEL

  • Bonsoir Maître Déphysios,

    Je vous rejoins, c’est très déplaisant d’être rangé dans une case liée aux paraphilies. Mais quand on regarde l’origine du mot, je me dis pourquoi pas : paraphilie (du grec para- [παρά], « auprès de, à côté de » et -philia [φιλία], « amour ») J’aime bien « auprès de l’amour » 🙂
    Après, être catégorisé à côté des véritables perversions telle que la pédophilie est honteux et révoltant. Je me dis que le monde évoluera et qu’un jour notre sexualité rencontrera d’autres regards. N’oublions pas que la psychiatrie n’est qu’un assemblage de croyances et absolument pas une science. Ce ne sont que des présupposés, des mythes qui évoluent au cours du temps (d’ailleurs, je suis toujours étonnée que l’on prête encore autant de crédits à un psy qui a développé la plupart de ses théories il y a un siècle. Je parle de Freud)

    Je repense à ce film « oh my god » qui montre comment on a inventé le vibromasseur. Je vous invite à le visionner car il montre à quel point les thérapies et la vision des « déviances psy » du siècle dernier semblent aujourd’hui complètement ridicules. Pour l’histoire en version rapide, le vibro a été inventé par un médecin qui soignait l’hystérie féminine en massant la zone pelvienne. Il avait élaboré toute une théorie médicale basée sur des observations de la réaction physique de ses patientes : lors d’un tel massage, la peau se mettait à rosir, la respiration s’accélérait jusqu’à créer un spasme musculaire qui détendait la patiente et, étrangement, soignait immédiatement son hystérie. Bref, ce médecin faisait jouir ses patientes sans le savoir et il pensait sincèrement soigner un trouble psy au travers d’un simple massage. Et il a inventé le vibro parce qu’avec toute sa clientèle (c’était fou le nombre de femmes qui souffraient d’hystérie et qui venaient se faire soigner chez lui 🙂 ), il avait des crampes à la main !
    Bref, à cette époque, on vous aurait traité de charlatan, de fou et de pervers si vous aviez osé expliquer ce qu’était l’orgasme féminin et l’importance de faire jouir sa femme pour qu’elle soit douce et amoureuse 😀 Comme quoi, tout évolue, les mentalités comme la pseudo-médecine psy.
    Finalement, ne vaut-il pas mieux vivre notre monde avec plaisir, jouissance et extase et laisser simplement les vanilles avancer à leur rythme ? Et s’ils ne comprennent pas et n’acceptent pas, tant pis pour eux.
    Je ne sais pas…

    En tout cas, vu de mon monde, vous n’êtes pas du tout un pervers 🙂 Et j’ai ris en imaginant ces femmes s’offusquer de votre question. Les gens sont si drôles parfois dans leur réaction.

    Respectueusement,
    amazone, esclave novice de Maître Alpha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *