Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Je veux du sexe mais pas sans saveur. Le sexe est l’un des aspects de la vie le plus important. Beaucoup d’hommes prennent le BDSM pour un exutoire où ils peuvent donner libre court à tous leurs délires. Ils viennent en ces lieux pour se défouler d’une sexualité mal vécue ou pas vécue du tout. Les proies sont nombreuses et bien vulnérables. Une sexualité bien vécue et bien assumée permet d’avoir une sérénité certaine. Certes, cela n’est pas suffisant pour être heureux mais cela y contribue fortement, tout comme l’argent.

Pourquoi suis-je un Maître ? Pas seulement parce que je veux commander, je le suis car cela me permet d’avoir la sexualité que je veux. Cela me permet ne plus vivre ce sexe petit, sans éclat, enlisé dans des contraintes morales qui ne sont pas ou plus les miennes depuis longtemps. Je veux pouvoir faire ce que je veux quand je le veux mais toujours dans le respect de l’autre, car le respect mutuel et le dialogue sont le ciment de notre relation. Je ne veux pas être obligé de supplier pour tirer mon coup. Je ne veux pas être obligé de négocier. J’exige de  pouvoir culbuter ma chienne comme bon me semble. Si l’envie me prend là, tout de suite, je revendique haut et fort le droit de la prendre par tous les trous sans préavis et sans la moindre concession d’aucune sorte. J’ai envie donc je fais, voila tout. Ma chienne est là pour satisfaire tous mes désirs, mes envies, le jour, la nuit, même si elle est fatiguée, qu’elle n’a pas envie ou qu’elle a ses règles. Son corps m’appartient, car elle m’a choisi comme étant Son Maître et a pleinement accepter d’être utilisée ainsi, conformément à ses vœux de soumission.

Voici l’une des principales raisons qui attire tous ces hommes (dont la très grande majorité sont mariés) vers le BDSM. C’est un monde où ils peuvent enfin « Baiser » comme ils le souhaitent. Il n’est plus nécessaire de faire bonne impression à bobonne pour qu’elle accepte d’écarter les cuisses. Et que dire des autres pratiques. Même si la sodomie est assez répandue, toutes les femmes ne l’acceptent pas, beaucoup la refusent encore, alors le reste, vous imaginez ? Combien d’hommes mariés peuvent se vanter de pouvoir pisser sur leur femme, traîner leur moitié à quatre pattes dans l’appartement avec une laisse, la traiter de tous les noms, la défoncer à coup de godes, et j’en passe ? Vous comprendrez alors très vite que dans une relation vanille, la marge de manœuvre sexuelle est assez limitée. Certes, beaucoup d’hommes s’en contentent et n’en demandent pas d’avantage. Seulement moi j’en veux plus. Je veux du sexe torride, je veux de la chienne lubrique bouffeuse de bites (la mienne exclusivement cela va s’en dire), je veux ma dose et je veux le forfait XXL. Voilà tout est dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *