Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Cela ne vous a surement pas échappé, mais beaucoup de personnes arrivent dans le monde BDSM sans vraiment avoir l’âme d’un Dominant ou d’une soumise. Ils veulent juste mettre un peu de piment dans leur vie vanille. Pourquoi pas ?

Le mariage est considéré comme un lien sacré. Il faut cependant être honnête, c’est n’est plus du tout le cas aujourd’hui. La France n’est-elle pas dans le peloton de tête des pays adeptes de l’adultère ? Les nuances de Grey ont attiré beaucoup de monde vers chez nous. Beaucoup s’en désolent mais pour ma part, je n’y vois aucun inconvénient. Nous ne sommes pas une secte, le BDSM n’est régi par aucun texte officiel, chacun peut donc s’y faire la place qu’il veut le temps qu’il veut.

Pourquoi une personne devrait rester malheureuse au seul motif que sa vie sexuelle est fade. Tout le monde trouve normal de mettre des épices dans la cuisine pour relever le goût, alors pourquoi pas dans le sexe. Ce dernier n’est-il pas la pulsion la plus primitive et la plus forte de l’être humain ? N’allez surtout pas croire que je fais l’apologie de l’adultère. Je me contente de constater les faits. La sexualité est devenue de nos jours un bien de consommation comme un autre, mais elle est aussi la principale source de frustration.

Pour continuer à se sentir vivant, de plus en plus de gens se tourne vers le BDSM. Ils cherchent le partenaire de jeux qui redonnera un goût à leur vie. Mais les choses sont loin d’être aussi simple.

Le grand mélange

Ces nouvelles joueuses vont venir s’ajouter à la grande liste de soumises qui cherchent leur Maître. Comme tout le monde se cache derrière le terme « Soumise » il devient impossible pour le Dominant de savoir qui est en face de lui. Cela s’applique dans l’autre sens. Les joueurs se revendiquent Maîtres faussant du coup la recherche des soumises BDSM. Nous avons une surcouche de confusion des genres dans un environnement déjà très bordélique. Trouver chaussure à son pied devient de fait de plus en plus difficile. Peut-être serait-il pertinent de préciser le statut, soumise pour une « authentique » et soumise « sex-play » pour les autres et pareil pour les Dominant.

Je pense que nous y gagnerions tous si les gens affichaient clairement l’objet de leur recherche. Je ne parle pas des prédateurs et autres mythos du web qui feront l’objet d’un article ultérieur.

Intolérance

Pour certains comme moi, le BDSM est un mode de vie, pour d’autres, c’est juste un jeu. Je ne comprends pas vraiment pourquoi ces derniers sont systématiquement rejetés. En quoi le fait de jouer au BDSM peut-il être mal ? J’aimerai bien que l’on m’explique. Est-ce qu’il vous viendrait à l’idée de rejeter quelqu’un au seul motif qu’il n’est pas un vrai footballeur parce qu’il ne joue au foot que pendant les vacances avec ses enfants ? Je ne pense pas. Dans ce cas, pourquoi les gens n’auraient-ils pas le droit de jouer au BDSM ? Régulièrement dans les groupes Facebook, je vois des discussions partir en vrille entre ceux qui se prétendent BDSM et qui accusent les joueurs de pervertir le BDSM. Mais notre monde ne devrait-il pas être justement une zone de tolérance ? A moins que le problème soit ailleurs ?

Inadéquation entre l’offre et la demande

Ce n’est un secret pour personne, la recherche de l’âme sœur est un parcours du combattant. Les soumises et les joueuses cherchent la même chose. Il en est de même pour les joueurs et les Dominants.

  • Pour les soumises, les joueuses sont des concurrentes déloyales car elles vendent une prestation qu’elles ne peuvent assumer pleinement puisqu’elles sont là que par jeu.
  • Pour les Dominants, les joueurs, qui ne font aucune différence entre la soumise et la joueuse, chassent le même gibier.
  • N’oublions pas les soumis qui cherches des dominas. Ces dernières sont très rare, surtout si l’on recherche une relation non vénale.

Les Maîtres disponibles pour une relation D/s stable et seine sont eux aussi rares. Surtout si l’on considère que les soumises et les joueuses n’acceptent pas que leur Dominant ait déjà une autre soumise. Ne serait-il pas intéressant de se poser la question de l’exclusivité, surtout pour les joueuses ?

Pour les dominants, ce n’est pas mieux.

L’être et le paraître

Il serait pourtant facile de simplifier la vie de tout le monde en acceptant de jouer franc jeu. Mais dans un monde ou tout repose sur l’image, le paraître prend le pas sur l’être et du coup toutes les cartes sont brouillées. Il faut que le SOI prenne le dessus.

On ne recherche pas une partenaire de jeu sexuel sur les mêmes critères qu’une soumise pour une relation durable. Hors, toutes les prétendantes se présentent sur le même modèle et viennent ensuite pleurer qu’elles ne trouvent pas ce qu’elles cherchent. Il faut qu’elles comprennent que plus elles ajouteront de la confusion et plus leur quête sera difficile. Se faire passer pour une vraie soumise quand on veut juste du piment n’est pas une démarche porteuse. Vous faites perdre du temps aux Maîtres qui cherchent une soumise, et vous portez préjudice aux soumises en vous faisant passer pour ce que vous n’êtes pas au fond de vous. Il n’y a aucune honte à avoir en disant que vous n’êtes intéressée que par le jeu. Beaucoup de relations durables ont commencé par le jeu. Par contre, chercher a tout prix un Maître libre est-il vraiment pertinent ? Un joueur comme vous ne serait-il pas mieux approprié  pour commencer ?

Pour les soumises qui veulent une relation durable, il est important de bien se distinguer des autres. Cela se fait d’abord par le comportement, qui doit être avant tout basé sur le respect et la tolérance. Cracher votre colère sur les autres soumises ou les « queutards » qui vous relance sans cesse en MP ne donne pas une bonne image de vous. La deuxième chose à bien comprendre, c’est la qualité de votre recherche. Vous devez savoir ce que vous voulez et le dire clairement. Etre soumise ne veut rien dire en soi. C’est l’interprétation que vous faites du mot « soumise » qui vous distinguera des autres. C’est cela que vous devez mettre en avant.

DU PIMENT DANS LE SEXE

Vouloir mettre du piment dans sa vie sexuelle n’est pas une tare, c’est un droit. Vous ne devez pas y renoncer sous prétexte que le sexe c’est sale, que ce n’est pas moral. Le sexe est la pulsion de vie la plus primaire et la plus importante chez l’être humain. Négliger cette pulsion c’est se construire des névroses voir dans les cas extrêmes des psychoses qui vont vous détruire la vie pour un long moment.

Acceptez vos envies, acceptez vos désirs car ils sont légitimes. Votre seule et unique limite est la loi de la République, et la loi tolère beaucoup de choses.

Texte modifié le 4 mars 2018

2 réponses à DU PIMENT DANS LA VANILLE OU VIE BDSM ?

  • Bonjour,
    J’ai toujours su que j’étais soumise et quand j’ai décidé d’explorer cette facette de moi je l’ai d’abord fait comme un jeu….juste pour mettre du piment dans ma vie sexuelle.
    Sauf que petit à petit, ma soumission a pris le dessus et je me suis retrouvée à ne plus savoir dire  » non », à obéir à des ordres, à accepter des pratiques qu’en tant que novice je n’aurais pas dû connaître en deux séances.
    J’ai beaucoup galéré, cherché, testé pendant 10 ans, jusqu’à ce que je rencontre Mon Maître il y a 7 mois.
    Le Maître que j’ai toujours voulu, respectueux, patient, bienveillant, doux et qui me fait découvrir la soumission cérébrale.
    D’un seul mot, il sait me remettre à ma place, me faire taire quand je dis des bêtises.
    J’apprends la patience, et surtout je lui offre ce que je n’ai jamais offert avant: être à son service de mille façons comme lui laver les pieds, je prends soin de lui tout simplement.
    Il m’a donné des rituels lors de nos rencontres, il m’a aussi imposé des règles dont une que je n’avais jamais tenu pour d’autres.
    Ce n’est pas toujours facile mais j’aime le cheminement que j’ai près de Mon Maître.

    • Le jeu est très souvent la porte d’entrée de la soumission. C’est une façon d’aborder le sujet sans trop de risque. Pour ce qui est de la domination cérébrale, c’est très exactement ce qui fait le cœur de notre relation. C’est aussi pour cette raison que les rituels sont très importants. Ils permettent de matérialiser la hiérarchie y compris en compagnie de personnes vanilles. Cela permet de placer la soumise dans une servitude permanente, même à distance, sans que ce soit un fardeau pour elle. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *