Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Dernièrement, alors que j’étais sur un groupe BDSM, j’ai vu un fil de discussion qui m’a interpellé. La personne qui avait lancé ce sujet, se poser la question du bien-fondé de la gifle en tant que pratique BDSM.

Evidemment, deux camps se sont vite formés entre les pour et les contre mais ce qui m’a le plus marqué était le fait que ceux qui étaient pour cette pratique faisaient preuve d’un certain mépris pour ceux qui ne l’étaient pas, allant même jusqu’à les traiter de « Vanille » qui feraient mieux de prendre des aiguilles à tricoter et de laisser tomber le BDSM.

Pourquoi de telles réactions ? Notre univers est pourtant si vaste qu’il permet d’accueillir toutes les pratiques (des plus légères aux plus intenses) et cela sans discrimination aucune. Si N/nous ne sommes pas capables de N/nous montrer tolérants envers ceux qui appartiennent à N/notre propre communauté, comment espérer un jour ne plus subir les regards incompréhensifs de ceux qui ne vivent pas comme N/nous.

Au même titre que le masochisme, la soumission fait partie des pratiques BDSM. Ainsi, de la même manière qu’il ne me viendrait pas à l’idée de déconsidérer une personne prenant le plus grand plaisir à se voir infliger une souffrance extrême mais qui en dehors des séances n’accepterait pas la plus petite ingérence dans sa vie de la part de son (ou sa) Dom, je m’insurge de voir des soumises discréditées pour les raisons inverses.

Il y a autant de BDSM que de pratiquants, pour certains c’est un jeu, pour d’autres une philosophie de vie mais N/nous ne devons pas oublier que l’important ne consiste pas de vivre selon des règles dogmatiques et obligatoires. Non, l’important est de vivre en fonction de nos propres besoins et envies avec le partenaire que N/nous avons choisi pour cela.

Ne faisons pas du BDSM une religion avec toutes les contraintes que cela suppose mais un Art de Vivre à part entière…

 

2 réponses à PRATIQUES BDSM ET ART DE VIVRE

  • Bonjour,

    La première fois que Mon maitre m’a giflé, ça m’a vraiment interloqué et indéniablement remis à ma place.
    Je n’avais jamais connu cette pratique avant dans une relation D/s….et je dois avouer que la gifle n’est pas anodine pour moi, c’est même plus fort cérébralement que de recevoir des coups de cravache et ou de martinet.

    • Personnellement, la gifle ne fait clairement pas partie de mes pratiques. Je l’assimile trop à la violence conjugale. De plus, j’ai la chance d’avoir une esclave qui est suffisamment docile pour obtempérer dès que je hausse le ton. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *