Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Je considère le dialogue comme un élément clé de la relation. Pourtant, certains Maîtres ne l’acceptent pas et refusent que leur soumise puisse s’exprimer en toute liberté, faire part de ses craintes, ses joies, ses envies. La moindre tentative de la part de la soumise d’exprimer ses besoins est perçue comme une tentative manifeste de soumination. Subir et se taire : tel est le devenir de ces soumises qui n’ont pas le droit de formuler la moindre demande dans une relation sans dialogue.

Pourtant, si l’on y réfléchit bien, il a bien fallu que le Maître et la soumise discutent au tout début de la relation. Je ne pense pas une seconde que la femme, libre de ses actes, se soit subitement soumise et résignée à se taire uniquement parce qu’un homme qu’elle ne connaissait pas le lui a demandé. Il a bien fallu une phase de rencontre, de découverte, de séduction, d’un côté comme de l’autre. Cette période ne peut se faire sans dialogue. La pose du collier signifie-t-elle la fin de la communication dans le couple ?

Chaque Maître agit comme il le juge nécessaire, mais ne pas écouter sa soumise est-il pertinent ? Quand je dis pertinent, je ne parle pas d’un point de vue moral, mais sur le simple plan de l’efficacité, est-ce vraiment la meilleure stratégie. Il est facile de se convaincre que l’on est un bon Dom et que du coup, on n’a pas besoin d’écouter sa soumise car on sait mieux qu’elle ce dont elle a besoin. Mais comment peut-on savoir ce qui bon pour une personne en sachant que chaque individu est unique et que ses besoins seront donc forcément spécifiques. Certes, il y a des points communs à toutes les soumises, mais satisfaire uniquement ces derniers est très réducteur du rôle de Dominant à mes yeux. C’est considérer que toutes les soumises sont identiques et ont donc les mêmes besoins. Dans cette logique, on en oublie le but fondamental de toute relation humaine. Elle doit être bénéfique pour chacun des protagonistes. Une soumise mal dans sa peau, mal dans sa tête ne pourra jamais s’épanouir dans sa soumission. Elle sera juste un exutoire pour un homme qui sera le seul à tirer profit de la relation. Est-ce là votre vision du BDSM ? Les soumises ne sont-elles là que pour satisfaire vos pulsions sexuelles ?

Sur la toile, on peut lire beaucoup de soumises qui se plaignent de ne pas pouvoir exprimer leurs besoins, leurs doutes, leurs envies à leur Maître. Elles se posent beaucoup de questions sur ce silence imposé. Beaucoup de question mais pas la bonne : est-ce le bon Maître pour moi ? Pourquoi se sont-elles lancées dans cette relation ? Pour servir uniquement de vide bourses ou pour s’épanouir aux pieds de leur Maître ? Que l’on soit vanille ou BDSM, une relation sans dialogue n’a aucun avenir. Je suis le premier à dire qu’une soumise n’a pas à exiger quoi que ce soit de son Maître, elle est là pour le servir mais il y a une différence énorme entre exprimer un besoin profond et en exiger la satisfaction. Faire part de son ressenti n’est pas une soumination. Satisfaire ou non est du seul ressort du Maître, mais écouter fait aussi parti de ses devoirs. Alors si votre soumission rime avec tristesse, désarroi, peut-être serait-il temps de vous poser la bonne question. Cette relation est-elle ce que vous souhaitiez au début ? Est-ce ainsi que vous imaginiez votre soumission, est-ce ainsi que vous parviendrez à vous épanouir dans le BDSM ? Si vous répondez un NON catégorique, c’est que de toute évidence, vous êtes dans une relation toxique. Cela ne veut pas dire que votre Maître est un individu malsain, mais qu’il ne correspond pas à vos attentes. Du coup, a lieu de vous épanouir vous vous étiolez.

Alors, si le doute vous ronge, si la tristesse vous fait sombrer dans le désespoir jour après jour, n’oubliez pas, soumises, que votre collier, vous pouvez le rendre à tout moment. Si vous pensez, vous les Dom, que votre soumise n’a rien à dire, qu’elle ne doit que subir, que vous savez mieux qu’elle ce dont elle a besoin, alors profitez bien de votre chienne car le jour où elle vous rendra son collier, vous saurez pourquoi, et vous en serez le seul responsable.

Une réponse à BDSM SANS DIALOGUE

  • Bonjour Monsieur,
    une belle réflexion que nombre de Maître(sses) et soumis(es) devraient lire, sans dialogue sincère la relation ne peut s’étoffer et grandir, c’est tout simplement une évidence. Mon Maître me questionne souvent sur mes besoins, mes ressentis et pour moi qui avait l’habitude de « taire » tout cela c’est un vrai travail d’extériorisation bénéfique, après Il fait comme Il le souhaite (y répondre ou non, ou plus tard…), et j’aime cette incertitude, de savoir qu’Il est et reste le Décideur. .
    Bonne journée à V/vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *