Twitter
Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Pour certains et certaines, cela semble être totalement incompatible et pourtant, ces deux visions sont très similaires l’une de l’autre. Tout comme la soumise, la little s’en remet entièrement à son Daddy. Ces deux relations reposent sur un schéma de Domination/soumission. Nous sommes donc bien dans du BDSM classique.

Little est un trait de caractère. Il n’est pas présent chez toutes les soumises. Par contre, chez certaines, comme Thysminia, il est très prononcé. Ce n’est un rôle mais bien et bel un aspect important de la personnalité. Il serait facile pour un Dom d’ignorer ce côté enfant, de ne voir que la femme et de la traiter comme telle. Il peut très bien en faire une soumise standard, l’éduquer dans la souffrance et la dévotion pour son Maître. Pour peu que la soumise soit un tant soit peu SM, tout se passera très bien. Mais que se passe-t-il quand le coté enfant ne peut plus s’exprimer ?

ACCEPTER LE COTE LITTLE GIRL

On peut poser la question autrement. Que se passe-t-il quand le coté Dom d’un homme est ignoré ? Il en résulte un profond mal-être, un vide, l’impression pesante de ne pas être à sa place dans le monde. Tous les Doms connaissent cette sensation. C’est c’elle que l’on a vécue avant d’arriver dans le monde BDSM. On peut donc facilement comprendre ce que ressent une soumise « enfant » dont une partie importante d’elle-même est réduite au silence. Bien sûr, vous allez me dire que le Maître est là pour remodeler la soumise à son image. Mais comment une soumise peut-elle arriver à lâcher prise quand une partie importante d’elle-même est tout simplement niée ?

Mon but n’est pas de dire ce que vous devez faire car c’est a chacun de construire son univers. Je vais donc me contenter de vous exposer ma perception dans le cadre de ma relation. Il y a deux points très importants dans ma perception du BDSM. Je ne suis pas SM et donc du coup, je pratique une D/s soft. Éduquer ma chienne dans la souffrance et l’humiliation n’est pas dans mes gènes. Ma récompense n’est donc pas de voir souffrir ma soumise sans broncher pour faire la fierté de son Maître. Je suis un protecteur et de ce fait, je me sens obligé de préserver celle qui s’est confiée à moi. Je suis donc heureux quand je la vois souriante, heureuse de vivre, pleinement investie dans ce qu’elle fait car c’est une femme très passionnée. Le côté enfant très prononcé me pousse encore plus dans ce sens. Je me sens pleinement à ma place et dans mon rôle de Daddy en vivant ainsi.

A CHACUN SA LITTLE

Toute les littles ne se ressemblent pas. La mienne ne joue pas à la poupée, elle ne fait pas de coloriage. Par contre, elle adore les films Disney, surtout si elle les regarde avec son DADDY. Elle dort avec sa peluche, André, un lapin que je lui est acheté. Elle va flasher sur tous les trucs de princesse et je ne parle même pas de la reine des neiges ou de Vaïana ! Mais c’est comme ça que j’aime la voir. Elle non plus n’est pas SM et donc subir juste pour me faire plaisir est une preuve de son amour mais en aucun cas une source de plaisir pour elle. L’éducation dans la souffrance est donc une totale hérésie dans le cas de notre relation.

J’ignore si un jour j’aurais une seconde soumise et/ou esclave mais il est clair que son penchant pour le SM devra être très faible car ce n’est pas du tout mon trip. De ce fait, elle aussi sera éduquée dans une relation basée sur la bienveillance et empathie.

Une réponse à SOUMISE & LITTLE GIRL : DEUX VISIONS SIMILAIRES D’UNE RELATION D/s

  • Oui absolument ! J’apprécie beaucoup de vous lire sur ce sujet. Merci. Vous êtes le seul à ma connaissance à en parler avec simplicité et pertinence. Je ferais un post au sujet de ce que vous expliquez. Moi, Je suis SM néanmoins et très protecteur de Mes esclaves. je trouve que c’est un sujet passionnant. Et non, Je ne suis pas Daddy et ne le serais jamais. Je suis un amoureux des relations longues durée et Ma vie le prouve. Je Me fiche des différences d’age, J’aime l’humain tel que je suis parmi les humains…. et ce n’est pas une question d’age parce la vie la mort…. Le présent, ici et maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *